Project Description

© Hannah Assouline

Présence : le samedi 20 novembre

Placement : préfecture, place 14

Cécile Berly est l’auteure de nombreux livres, salués par les critiques, en particulier Les femmes de Louis XV (Perrin, 2018) et Trois femmes (Passés Composés, 2020), qui en font une spécialiste reconnue du XVIIIe siècle et de l’histoire des femmes en particulier. Régulièrement invitée dans les médias, elle collabore aux programmes de France 2 (Secrets d’Histoire, Visites privées), France 5, Arte et Canal+. On peut l’entendre également sur les ondes de France Info, France Culture ou la RTBF. Elle écrit dans différentes revues dont Historia, Château de Versailles Magazine et Histoire Magazine.

La légèreté et le grave – Passés Composés

Le XVIIIe siècle s’ouvre avec Le Pèlerinage à l’île de Cythère d’Antoine Watteau et s’achève avec La Mort de Marat de Jacques-Louis David : la naissance de la fête galante versus l’agonie d’un tribun révolutionnaire. Deux chefs-d’oeuvre qui illustrent la légèreté et la gravité d’un siècle, deux facettes antagonistes mais complémentaires d’une même époque. Les dix oeuvres ici racontées sont ainsi autant de jalons pour saisir ce siècle passionnant dans ses innombrables contradictions : elles correspondent toutes à un moment du XVIIIe et disent son histoire artistique, culturelle, philosophique, sociale, économique et, bien évidemment, politique. Autant de chefs-d’oeuvre qui ont forgé une société nouvelle, éprise de liberté, d’indépendance et de transgressions, au fil d’un siècle qui, sous la plume sensible de Cécile Berly, oscille sans cesse entre une légèreté savamment entretenue et une gravité qui confine au drame.

Trois femmes : Madame du Deffand, Madame Roland, Madame Vigée Le Brun – Passés Composés

Le XVIIIe est le siècle de l’écriture de soi. La salonnière Madame du Deffand (1696-1780) écrit ainsi pour fuir son ennui, véritable maladie de l’âme. Baignée de culture aristocratique, mondaine, elle incarne la société d’Ancien Régime dans ce qu’elle a de plus frivole, de plus mélancolique aussi. Madame Roland (1754-1793) écrit quant à elle le sentiment, la politique et la Révolution. Nourrie de philosophie, elle est une idéaliste en tout : en amitié, en amour et même en politique. Madame Vigée Le Brun (1755-1842), enfin, écrit pour ras-sembler ses Souvenirs, pour les « fabriquer », pour peindre autrement en somme, ayant le sens quasi inné de la composition.

De son écriture alerte et sensible, Cécile Berly raconte les parcours de ces femmes de lettres – salonnière, bourgeoise, artiste – à travers leurs trois univers épistolaires complémentaires. Elle donne à lire un XVIIIe siècle au féminin, véritable histoire de plumes, d’encre et de papier.