Project Description

Présence : le samedi 19 novembre et dimanche 20 novembre 

Passionné de BD et d’histoire, Jean-François Vivier est le scénariste d’une quinzaine de d’albums, pour la plupart sur fond historique. Il a ainsi réalisé plusieurs biographies en images (Honoré d’Estienne d’Orves, Geneviève de Gaulle Antonioz, Tom Morel…), une histoire la basilique de Montmartre et une fiction historique intitulée Herr Doktor. Il est aussi l’adaptateur des best-sellers de Frison-Roche, à commencer par le célèbre Premier de cordée et du premier roman d’Agatha Christie aux Editions Paquet.

Général de Sonis Plein Vent

Traversant le XIXe siècle, le général de Sonis aura été de tous les combats de l’armée française de l’époque : les campagnes d’Algérie, Solferino, le Maroc et bien sûr la guerre de 1870.

Le 2 décembre 1870, il dirige la charge qui a pour but de rompre l’encerclement de soldats français dans le village de Loigny. Les troupes régulières ayant fui, il reçoit l’aide des anciens zouaves pontificaux et la charge a lieu sous les drapeaux conjoints de la France et du Sacré-Coeur.

Un haut fait d’armes qui résume à lui seul ce personnage.

Mais le général de Sonis n’aurait sans doute pas accompli tout cela sans le soutien permanent de son épouse. Voilà pourquoi c’est Anaïs qui prend la parole pour nous raconter la vie de Gaston de Sonis.

Bir Hakeim – Plein Vent

Du 27 mai au 10 juin 1942, au milieu du désert libyen,
dans un endroit perdu appelé Bir Hakeim, une poignée
de soldats français libres, sous les ordres du général Koenig,
vont défier les forces allemandes du général Rommel.
À dix contre un, la résistance durera quinze jours.
Leur bravoure changera le cours de la guerre.

Herr Doktor : Un destin sans retourPlein Vent

1940. Martin est médecin à Strasbourg. Sa femme, Élisabeth, est juive. Lors de l’invasion allemande, il l’envoie à Paris avec leur fille. Mais alors que les persécutions antisémites rendent la vie difficile dans la capitale occupée, Martin est engagé de force sur le front de l’Est. Ce destin familial dans la tourmente conduira Martin jusqu’à Berlin, en passant par le Berghof, sur les ruines d’un totalitarisme finissant. Entre son éthique et la réalité de la guerre, la ligne se révèlera étroite afin de rester humain dans l’inhumanité.