Project Description

Présence : Samedi 20 novembre

Placement : Hôtel de Ville, place 12

Écrivain, professeur honoraire des universités de Paris, chevalier de la Légion d’honneur, Robert Muchembled a publié plus de trente ouvrages, traduits en une trentaine de langues. Il prépare un essai: La Séduction. Une passion française et une nouvelle synthèse sur les bûchers de sorcellerie.

Le Fils secret du Vert-Galant – Belles Lettres

Ce livre n’est pas une biographie supplémentaire d’Henri IV, promu à la fin du XXe siècle idole monarchique des Français. Tentant de résoudre la plus extraordinaire énigme criminelle du temps des guerres de Religion – l’empoisonnement du prince de Condé à Saint-Jean d’Angély en 1588 –, Robert Muchembled démontre la responsabilité assurée d’un commanditaire dissimulé, père naturel, qui plus est, du fils posthume du prince assassiné : Henri de Navarre, futur roi de France.
C’est donc une histoire (incomplète) de la personnalité secrète du Béarnais qui est ici proposée. Si elle diffère de la mythologie traditionnelle appliquée à son souvenir, elle lui rend toute son humanité : ses qualités et ses succès vont de pair avec des traits moins glorieux, indispensables, probablement, pour survivre et triompher durant l’une des périodes les plus tragiques du passé français. Dénué de scrupules moraux ou religieux, confiant (superstitieusement) en son étoile, le Vert-Galant élimine sans pitié ceux ou celles qui le gênent ; maître de la désinformation, grand producteur de fausses nouvelles, il forge lui-même sa propre légende, dispose de l’un des plus efficaces services secrets du temps, cumule les maîtresses comme un sultan oriental, dont l’épouse de son fils secret, et traite durement celui-ci (héritier au trône intermittent, puis rival de Louis XIII après le régicide).
Bien qu’il véhicule des images fortes, d’ambitions effrénées, de sang, de poison, de violence, de désirs charnels, dignes de romans historiques ou policiers, le récit, chronologique, appuyé sur les documents d’époque (parfois inconnus, ou souvent mal mis en perspective) présente des faits réels et des personnages qui n’ont rien de fictif. Il invite à découvrir un exercice du pouvoir suprême plus chaotique, baroque et dramatique que celui évoqué par les manuels scolaires.