Project Description

Présence : samedi 19 et dimanche 20 novembre

Au fil de ses ouvrages, Michel Bernard s’est imposé comme l’un des meilleurs auteurs français actuels. Son œuvre, qui a conquis un large public, a été couronnée par de nombreux prix littéraires d’envergure dont le prix littéraire de l’armée de terre-Erwan Bergot, le prix France Télévisions et le Grand Prix catholique de littérature.

Hiver 1812, retrait de Russie – Perrin

Le grand récit d’une retraite homérique.

Le 15 septembre 1812, Napoléon entre dans Moscou. Dans la nuit, la ville s’embrase dans un océan de flammes. Après avoir longtemps espéré l’ouverture de négociations avec le tsar, la Grande Armée quitte la capitale ruinée le 19 octobre ; l’Empereur veut écraser l’armée russe et s’installer à Smolensk avant l’arrivée de l’hiver. Mais le froid et la neige sont en avance sur le calendrier. L’hiver russe surprend des troupes épuisées, sous-équipées, mal ravitaillées, embarrassées par leur butin, leurs blessés et leurs malades. La tragique retraite de Russie commence.

Michel Bernard raconte avec une rare maestria l’hallucinant voyage dans l’enfer blanc de la Grande Armée, en suivant l’itinéraire de onze hommes et une femme à travers la plaine enneigée, les collines verglacées, les forêts pétrifiées, au milieu des combats et du harcèlement des cosaques. Il raconte l’histoire de leur lutte quotidienne contre le froid extrême, le blizzard, la faim, la peur, le désespoir. Elle est comédienne ; ils sont officiers, sous-officiers ou soldats, diplomate (Caulaincourt), fonctionnaire et bientôt grand écrivain (Stendhal) ; ils se battent et avancent, passent monts et rivières, d’abord soutenus par le sens du devoir, puis par l’instinct de survie qui fait sauter cadres hiérarchiques, conventions sociales, et jusqu’aux repères moraux. Il n’y a plus d’armée, plus d’ami, mais le désir de s’en sortir, d’en finir avec une épreuve qui dépasse toutes les souffrances connues.

Napoléon est l’un de ces hommes. D’abord désorienté par l’évolution d’une campagne où rien ne s’est passé comme il l’escomptait, il s’efforce de sauver ce qui peut l’être quand s’annonce le désastre. Pour lui et son Empire, c’est le début de la fin ; pour les 20 000 survivants, vieillis, désabusés, l’âme marquée d’inguérissables blessures,  » c’est encore la guerre et déjà, irrépressible, le temps du souvenir  » (Michel Bernard).