Project Description

© Ecole nationale des Chartes

Philippe Contamine, membre de l’Institut et professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne, est un historien spécialiste de la guerre, des pouvoirs et de la noblesse à la fin du Moyen Âge. Il est l’auteur de nombreuses publications dont La Guerre au Moyen Âge (PUF, 2003) et Charles VII. Une vie, une politique (Perrin, 2017).

Nobles et noblesses en France (1300-1500) – CNRS Editions

De l’an mil à 1789, la noblesse fut en France une qualité transmise par le sang, dans le cadre, prépondérant sinon exclusif, du mariage chrétien. Spécifiquement, son histoire visait à s’inscrire sous le signe de la reproduction sociale. De 1300 à 1500, le fort sentiment d’identité de ses membres se trouva encore renforcé par l’intervention des hérauts d’armes. Quoique très minoritaires, les nobles persistèrent alors à jouer un rôle central, malgré les crises auxquelles ils furent confrontés et les contestations dont ils furent l’objet.

Les études ici réunies traitent de ce vaste sujet, l’accent étant mis sur le château, vu de l’intérieur et de l’extérieur, la seigneurie comme source de pouvoir et de revenus et les chevaux « de nom ». Parmi les activités propres à ce milieu – telle la chasse avec chiens ou oiseaux et plus encore les armes –, les joutes et les tournois, ce sport aristocratique pratiqué dans le cadre de la vie de cour, ne sont pas oubliés.

Certes, juridiquement et idéologiquement, on est en présence d’une société d’ordres, ce qui aurait dû conduire à un immobilisme structurel. Mais la réalité est plus complexe, comme le montre, au sein des « bonnes villes », la place des nobles face aux notables. La noblesse ? Une « élite » parmi d’autres, qui, de facto sinon de jure, se renouvelait régulièrement. Ici comme ailleurs, la vie l’emportait sur les principes.