Project Description

Présence : le samedi 20 novembre

Philippe Charlier est médecin légiste, anthropologue et archéologue. Son métier ? Faire parler les morts historiques et les objets de musée. Directeur de la recherche au musée du quai Branly – Jacques Chirac, il dirige la collection Terre Humaine (Plon) à la suite de Jean Malaurie et Jean-Christophe Rufin.

Autopsie des fantômes : Une histoire du surnaturel Tallandier

Dans une enquête inédite sur les terres du spiritisme, l’auteur nous mène de la tombe d’Allan Kardec au culte des âmes du Purgatoire. De Rome à Paris, en passant par le Vietnam et l’Écosse, il interroge les archives et les adeptes de ceux qui refusent de voir la mort comme une inéluctable fin.

Pourquoi les spectres, les fantômes ou les revenants continuent-ils de passionner ? Comment la science a-t-elle tenté d’enregistrer le son des morts, de photographier les fantômes ou les pensées ? Quel a été le rôle des médiums dans cette communication d’outre-tombe, entre sincérité et escroquerie ? Comment le surnaturel, qui défiait initialement la science, est-il devenu lui-même, au cours du XIXe siècle, un véritable objet d’étude ? Et surtout, à qui profitent les revenants et leurs manifestations ?

Cette histoire du surnaturel est une invitation à voyager dans l’autre monde, à la rencontre de ceux qui croient aux fantômes, ceux qui réfutent leur existence, et ceux qui cherchent la vérité.

Vaudou : l’homme, la nature, les dieux – Bénin – Plon

Que peut apporter un regard triple (le médecin, l’archéologue, l’anthropologue) au vaudou ? Depuis presque 15 ans que Philippe Charlier sillonne les pistes du Bénin, il a acquis suffisamment de matière, de données, d’expériences pour proposer le récit d’une immersion et d’une analyse du vaudou sur ses deux berges atlantiques.
Au-delà de montrer et d’expliciter que le vaudou est une religion à part entière, avec ses codes, ses clergés, ses mythes et ses rituels domestiques et collectifs, on portera un regard nouveau, incisif, pragmatique et original sur cette croyance (et ses actions de sorcellerie associées) dans le territoire d’origine (Afrique sub-saharienne).
Que va-t-on découvrir ?
– gestes sacrés du quotidien
– cérémonies des revenants (Egungun) semeurs de mort symbolique
– divination Fâ par les coquillages
– consécration de fétiches (avec ce qu’apporte leur examen radiologique lorsque certains ont été transportés en Occident)
– fouilles archéologiques dans les palais des rois d’Abomey (permettant de retourner aux origines historiques du vaudou)
– récits de l’initiation de l’auteur et des élévations successives (récit « de l’intérieur »)
– cérémonies nocturnes avec chevauchement des adeptes par les divinités
(« possessions »)
– pèlerinages syncrétiques chrétiens/vaudou (« Saut d’eau »)
– cérémonie des morts où se croisent une extrême sensualité et une fascination morbide
(« Guédés »)