Project Description

Présence : Dimanche 21 novembre

Christophe Barbier, journaliste et éditorialiste français, a été le directeur de la rédaction de L’Express de 2006 à 2016 et est chroniqueur sur BFM TV. Il est l’auteur de plusieurs essais politiques et d’un Dictionnaire amoureux du théâtre (2015).

Le Monde selon FEYDEAU – Tallandier

Roi du Paris de la Belle Époque et dramaturge de génie, Georges Feydeau (1862-1921) a dédié sa vie à distraire ses contemporains tout en les caricaturant. Aujourd’hui encore, ses « machines à rire » fonctionnent à plein.

Un Fil à la Patte, Le Dindon, La Puce à l’oreille, N’te promène donc pas toute nue !, On purge Bébé… Depuis 1886, les spectateurs s’esclaffent au diapason de la plume alerte et chatouilleuse de Georges Feydeau. À quoi tient ce succès ? Au génie. Celui du comique, car il est le maître des situations irrésistibles autant que celui de la langue française avec laquelle il jongle brillamment.

Sous les mots de Feydeau, l’art dramatique est une horlogerie de la bonne humeur grâce à l’incontournable trio « mari-femme-amant » et ses dérivés : le désir, la fidélité, la tentation, la jalousie, la vengeance, mais aussi l’argent, la vanité et les plaisirs. Fin observateur de la bourgeoisie rentière et arrogante de la IIIe République, il raille ses contemporains sans jamais les mépriser.

Homme de plume et amoureux du théâtre, Christophe Barbier nous montre combien l’art de Feydeau est intemporel. En scrutant malicieusement la nature humaine, son théâtre nous ramène à une salutaire humilité tout en nous faisant du bien. Du grand art.

Le Monde selon Molière– Tallandier

Comédien né, acteur fétiche du Roi-Soleil, metteur en scène et auteur de génie, Molière (1622-1673) ne vécut que par et pour les planches. Le Tartuffe, Les Précieuses ridicules, Le Malade imaginaire, L’Avare, Dom Juan… 400 ans après sa naissance, nous nous régalons encore de ses textes et de leur étonnante modernité.

Pourquoi une telle postérité ? Parce qu’au milieu du XVIIe siècle, Jean-Baptiste Poquelin invente la comédie sociale qui met à la portée du peuple, en le faisant à la fois rire et ré échir, les grandes questions qui résonnent encore de notre temps : la relation au pouvoir, la place de la femme dans la société, la lutte des classes, la santé, la religion… Sur chacune de ces interrogations, Molière agit en pionnier, presque en révolutionnaire caché sous les masques de la commedia dell’arte. Il explore les arcanes de la société et de la nature humaine avec une causticité nouvelle. La vanité, l’avarice, le désir, l’hypocrisie, l’ambition sont mis à nu et donnent à ses pièces une puissance universelle et philosophique. Tartuffe, par laquelle il secoue la religion, sera le combat de sa vie, un chapitre éminent pour la liberté de conscience. À travers ces « farces profondes », le dramaturge rassemble et unie. C’est pourquoi nous parlons tous la « langue de Molière », constitutive aujourd’hui de l’identité française et de notre patrimoine. En maestro amoureux des lettres et du théâtre, Christophe Barbier nous fait redécouvrir les mille et une facettes du plus intemporel de nos auteurs.

Les tyrannies de l’épidémie – Fayard

Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous immolé aussi vite nos libertés, au nom de la lutte contre le virus ? Nous avons renoncé à nous déplacer, à manifester, à nous exprimer, à nous cultiver, à travailler même. Nous avons placé la santé au-dessus de tout, et percevons aujourd’hui le prix à payer. Nous avons sacrifié à la vie biologique toutes les autres vies – économique, sociale, culturelle, sportive, amicale… – et découvrons désormais l’étendue des dégâts. Abandonnés à la « servitude volontaire », nous avons accepté les oukases du gouvernement, des médecins, de l’administration. Nous avons respecté les couvre-feux et rempli nos attestations. Nous avons surtout cédé à la peur, celle de la mort et celle du gendarme. Nous avons oublié que vivre, c’est prendre des risques.
En notre obéissance au nouvel ordre sanitaire, dans un choix collectif, nous avons préféré la sécurité des vieux à l’avenir des jeunes. Humanisme ou aveuglement, cet arbitrage aux apparences altruistes dissimule la dictature d’une génération dorée, celle des « baby-boomers ». L’épidémie cache aussi une guerre des générations.

Face à toutes ces petites tyrannies, nous ne nous sommes pas révoltés, nous n’avons presque pas résisté, nous avons à peine râlé. Le moment est donc venu de réfléchir.

Christophe Barbier est journaliste politique. Ancien élève de l’École normale supérieure, il est nommé rédacteur en chef du service politique de L’Express, en 1996, puis directeur de la rédaction en 2006. Aujourd’hui éditorialiste politique pour BFMTV et Actu J, Christophe Barbier est par ailleurs comédien et critique dramatique.